Bottarga ou pas

Capture d’écran 2014-07-04 à 22.30.03

Premières vacances à l’étranger depuis la fin de notre tour du monde. Déjà une année et demi. Impression particulière... des vacances vraiment ? De notre point de vue, chaque éloignement dans un autre pays ressemble à un voyage. On ne peut pas se défaire de cette expérience, comme si elle avait imprégné l’entier de nos cellules pour toujours… mais à entendre ceux qui l’on aussi vécu, on n’est pas les seuls à sentir ça.

Dès notre arrivée, la Sardaigne nous décoiffe littéralement... nous sommes surpris par un vent fou (ils l’appellent mistral) qui a disparu doucement au fil des jours et coïncidence ou pas, le réseau local s’appelle « I WIND » ! Puis, on découvre une Sardaigne bien plus sauvage que nous l’avions pensé… une île à l’état brut avec des gens simples, profondément ancrés dans leur culture, super accueillants.

A Olbia, on loue une voiture et on roule d’abord au Nord, direction la Gallura, la région dite « paillette », celle qui reflète exactement l’idée qu’on se fait de la Sardaigne : luxe et eau turquoise. On s’émerveille lorsqu’on aperçoit au loin la mer tellement claire wahouuuuu… mais on a un peu déchanté lorsqu’on y a plongé les orteils… très fraîche ! Le + de la basse saison, des prix raisonnables, moins de monde et la chaleur est supportable, parfaite pour les marches. Le - : beaucoup de restaurants de plage, de magasins, etc. n’ouvrent qu’en juin et l’eau est carrément froide. L’idéal : s’y rendre en septembre, tranquillité et chaleur garanties !

On visite un peu Puerto Rotondo, Puerto Cervo, mais en ce moment (mai) il règne dans cette région un silence étrange… les yoat ne sont pas encore arrivés aux ports… seuls les anciens se retrouvent dans les rues pour bavarder et profiter des derniers jours calmes. La nature est sèche ici et le long de la Côte, grâce aux bosquets bas, nous ne perdons jamais de vue la mer bleue. Notre première plage : del Principe.

On continue notre route à l’Ouest, région bien plus verte : Santa Teresa di Gallura, Costa Paradiso, Castel Sardo, Stintino, Alghero, Bosa, avant de traverser le pays sur la Côte Est, pour Cala Gonone.

Niveau culinaire, on pic nic sarde à s’en lasser : jambon cru, pain italien, tomates gorgées de soleil ! Puis, on attaque direct les spécialités : pâtes aux crabes, sanglier sauvage, moules et spaghettis aux vongoles. On nous dit de goûter absolument à la « bottarga » (poutargue en français), mais après avoir vu la couleur brun orangée et testé le goût, très tenace en bouche… on émet une réserve, ne serait-ce pas le truc précisément à éviter ? De plus, pas très top niveau surpêche, même style que le caviar, puisque c’est la poche des œufs d’un poisson (mulet, rogue), salée et séchée, puis consommée en fines tranches ou râpée sur des pâtes ou une salade.

Capture d’écran 2014-06-06 à 17.03.10

Mais c’est l’endroit par excellence pour manger des fruits de mer frais, on trouve quelques bons restaurants : ll pesce d’oro et Al Vecchio Mulino à Alghero. Sur la Costa Paradiso : la Pizzeria Maya, puis à Cala Gonone, le restaurant familial da Graziano il Pescatore. Miam… En rentrant, on était pas mal accro aux crustacés, mais chez nous quel restaurant peut nous offrir de même ? On trouve des vongoles chez Aligro pour Fr. 15.-/kilo 😉

On randonne aussi entre mer et montagnes rocheuses, pluie et rayons de soleil. La boue est de la partie. La végétation part des falaises pour descendre jusqu’à la mer et dégage des odeurs d’eucalyptus, de thym et de citron. On peut y croiser des sangliers et des tortues dans les herbes. Ça personne ne le dit, mais des serpents aussi ! Nos marches : Capo Figari, Valle della Luna, Capo Testa, Costa Paradiso, Grotte de Neptune, Cala di Luna. On se sent libres dans cette nature sauvage, qui nous rappelle des souvenirs de toutes nos marches autour du monde = nostalgie heureuse 😉

Capture d’écran 2014-07-04 à 21.54.49

L’âme de la Sardaigne se retrouve finalement dans ses villages et églises et nous avons presque dormi chaque jour ailleurs pour visiter un maximum. A Santa Teresa di Gallura tout au Nord, une foule sur sa plage nous attire et nous y rencontrons un personnage… il a nagé depuis Bonifacio jusqu’ici, il s’appelle Salvatore Cimmino et n’a qu’une seule jambe, son blog http://www.salvatorecimmino.it.

Capture d’écran 2014-06-06 à 17.12.33

Alghero, seule ville digne de ce nom, idéale pour boire des petits apéros sur les remparts, bien manger, faire un peu de shopping.

Capture d’écran 2014-07-04 à 22.44.24

Castle Sardo, touristique, un peu délabré, mais charismatique.

Capture d’écran 2014-07-20 à 15.47.23

Le village de pêcheurs de Stintino et sa plage célèbre Pelosa.

Capture d’écran 2014-06-06 à 17.21.08

Puis Bosa, pour ses couleurs et une visite authentique populaire, là on se croirait en Bolivie.

Capture d’écran 2014-07-04 à 22.08.53

Cette atmosphère nous donne des envies de vie dans la nature, alors on planifie nos prochaines vacances en ce sens…

VOIR TOUTES LES PHOTOS

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.