CORDILLERA

Capture d’écran 2012-10-27 à 18.51.52

Un petit coup de froid a commencé a soufflé à Cafayte, puis s’est étalé dans la vallée du Nord Ouest Andin et quand on arrive 4 heures de bus plus tard à la Vallée de Tafi à 2'100 mètres (juste un stop d’une nuit), il fait cru. On se trouve un peu perdu dans ce village tout vide encerclé de montagnes et de brume… puis on se délecte rapidement d’être loin de toute animation, de voir des chevaux se promener en liberté et même une chouette blanche avec de grands yeux jaunes hululer sur un poteau champêtre. A notre auberge bien excentrée, le Nomade, c’est repas familial avec les hôtes (soupes de courge avec des morceaux de viande à l’intérieur et pain maison), puis le petit déj, tout compris 28 francs pour nous deux. Dans notre case il fait un peu frais, malgré les couvertures.

Anniversaire de Mich

On se rend le matin à la station de bus pour réserver notre trajet d’après, puis on choppe le bagagiste qui se trouve être aussi un taxi, pour aller au village de El Mollar à quelques kilomètres proche d’un lac. Se trouve là une cinquantaine de menhirs mystérieux, dans un parc désuet appelé réserve archéologique, ils ont été déplacés des montagnes jusqu’au village pour les étudier et faire venir du monde. Ensuite nous repartons pour Tafi, où nous visitons encore l’estancia La Banda, mission fondée par les jésuites, un repas sur le pouce, puis notre bus nous attend pour aller à Tucuman. Arrivés en ville, nous trouvons un supermarché et grignotons du chocolat et des yoghourts (nos derniers dataient de l’Australie). Puis nous embarquons dans notre lit sur roulettes, un bus de nuit donc, avec des sièges tout en cuir.

J’ai fêté mes 33, avec un plateau repas pas si mal, même un petit verre de rouge, tout ça en train de rouler. Et une nuit très reposante pour une fois.

Ode gastronomique

Nous voilà arrivés au matin à San Juan, petite ville sympathique. A nouveau de la chaleur, nous pouvons déposer au San Juan Hôtel, notre lessive au soleil pour qu’elle sèche en un rien de temps. On en profite pour aller manger une croque en ville, mais rien d’autres à faire vu que les magasins sont tous fermés l’aprèm. La siesta. Ils ont tout compris les argentins !

Mais le soir venu, on se rend dans un tout nouveau restaurant, Las Brasas, peut-être l’un de nos meilleures restaurants, comment dire mieux que tout simplement succulent ! Une Ode gastronomique dans nos estomacs : lomo de chorizo/filet de bœuf grillé au feu de bois, accompagné de sa singulière purée de pomme de terre et un shiraz. C’est ainsi qu’on a célébré dignement ce beau pays 😉

L’Argentine compte d’autres spécialités majeures, mise à part le bœuf. Le dulce de leche, une confiture de lait qui se tartine sur n’importe quoi et ils en font aussi des glaces, puis le maté, un thé aux herbes qui se boit dans une coupe à l’aide d’une sorte de paille en alu. Certains en sont complétement accro et se baladent partout avec leur coupe et leur thermos.

Où a été tourné le film 7 ans au Tibet

Nous sommes maintenant au centre des Andes, une région tout en longueur collée à la cordillère des Andes et avons donc quitté pour ainsi dire le Nord de l’Argentine. Depuis San Juan, nous décollons pour 4 heures de bus en direction de Barreal (pas loin de Mendoza), un bled dans les montagnes à 1'650 mètres, pas encore touristique. On se met au vert !

Barreal est un petit village qui ne possède pas réellement de centre et les posada (maison hôtel) sont dispersées le loin de petits sentiers en terre bordés de saules pleureurs, d’eucalyptus et de peupliers. Il y a des pluchons de pollen qui volent dans le soleil et on peut apercevoir au loin les Andes toutes blanches. On passe deux nuits à la Posada Don Lisandro et avec le proprio, un guide et un couple d’argentin, on se rend à la pampa El Leoncito pour faire du carrivelismo/char à voile, activité la plus populaire ici, puis le lendemain pour une petite marche dans le parc national à la frontière du Chili – en montant au plus haut point, on a vu toute la cordillère colorée. Comme c’est la pleine lune en ce moment et qu’il y a beaucoup de lumière, l’observatoire aux étoiles est fermé, c’est nul.

Comme on a un peu la flemme de reprendre le bus jusqu’à San Juan (encore 4 heures), puis encore un autre (3 heures), on fait alors du pouce pour avancer jusqu’à Mendoza. Après une heure et demi de prestation active entre ombre et soleil, c’est un gentil camionneur qui nous a ramassé. Mission pékin-express réussie, puisque zéro pesos. Il nous a déposé à Uspallata, un bled très joli et apprenons que le film « 7 ans au Tibet » a été tourné ici, avec les Andes en guise d’Himalaya… bien sûr les chinois n’avaient pas permis le tournage, c’était en 1997. Les alentours sont à couper le souffle et pas encore grandement exploités de manière à préserver cette beauté du tourisme de masse, c’est leur endroit à eux. Un peu comme si Zermatt ne possédait pas d’hôtels de luxe et qu’on y montait juste pour y camper et respirer l’air pur !

Puis nous faisons le reste de route en bus et arrivons à Mendoza. Un jour de ville, avant de partir sur le bord de mer chilien, pour y retrouver des amigos rencontrés sur le lac Titicaca.

VOIR LES PHOTOS & VIDEO

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.