CA MARCHE !!!

Capture d’écran 2012-12-01 à 18.03.50

Le 25 novembre, nous partons en bus pour Puerto Natales au Chili, en repassant encore par la douane, petit trajet de 6 heures de bus pour rejoindre cet ancien village de pêcheurs. Même s’il y a un vent à décorner non pas un, mais plusieurs bœufs, nous projetons de partir randonner un peu plus loin dans le parc national de Torres del Paine pour faire le circuit appelé « W ».

Torres del Paine

En Patagonie, il est tout à fait possible de partir à l’assaut de la montagne, même avec des vents à 100 km/h où avec de la pluie, par tous les temps ou presque, inimaginable en Suisse. Car le temps patagon est assez extrême/imprévisible et il n’est pas rare de vivre toute la palette possible des saisons en quelques heures, ceci explique cela… optimiste ou inconscient ?

A « Erratic Rock » (une auberge, un bars, un magasin de location), ils donnent des conseils pratiques : mettre des habits secs dans un sac en plastique en cas de pluie pour pouvoir les switcher avec les habits humides une fois le soir venu, tout emballer dans des sacs en plastique, prendre des bâtons de marche pour s’aider en cas de vent, même si on a froid toujours continuer à marcher seule manière d’avoir chaud, etc. On reste donc un jour sur place à Puerto Natales pour tout planifier et louer : une tente, deux sacs de couchage pour les températures en-dessous de zéro, deux matelas de sol, un réchaud à gaz, le matériel de cuisine, un gros sac de montagne pour tout fourrer dedans et bien sûr notre subsistance, la nourriture : soupes pour le petit déj (ça pas l’air terrible comme ça, mais ça se laisse avaler finalement ;-), snacks rapides et noix pour le creux de midi, puis des nouilles pour le soir.

Nous sommes ready ! Et on part avec l’idée qu’on aura un temps de m… et bien avec notre chance de c… nous n’avons eu que du soleil et pas un pet de vent ! 3 nuits et 4 jours de marche dans le parc national de Torres del Paine, le plus beau parc national du monde selon plusieurs sources ! Un endroit réellement magique où se rencontre tous les éléments de la nature, ainsi que des couleurs et des lumières surnaturelles. Un glacier, impressionnant d’irréalité, et quand des séracs se détachent ça fait un bruit de fin du monde, puis en découlent des chutes d’eau, des lacs turquoises, des ruisseaux et une eau potable délicieuse, tout autour les montagnes taillées en pointe règnent telles des Déesses et semblent discuter ensemble. En bas, des sentiers bien tracés autour d’herbes fleuries.

On y rencontre des amoureux de la nature, des personnes qu’on a déjà connues dans des auberges et un groupe de jeunes israéliens tout juste sortis de l’armée, ils marchent plus vite que leur ombre, un véritable leitmotiv ! Plus on marche, plus on aime ça et même pas une courbature vu qu’on marche tous les jours... De vrais randonneurs nous sommes et espérons le rester.

Une fois de retour en pays civilisé, au bled de Puerto Natales donc, c’est avec délectation que nous sautons sous la douche, puis jetons notre dévolu sur un bon resto. Des luxes que nous avions déjà oubliés. Nous rencontrons un couple de valaisans qui commence juste leur tour du monde « patateetcornichon.eklablog.com », nous on finit, la roue tourne comme on dit.

El Chalten

Le 1er décembre, on est revenu en Argentine et on a décidé de rester tranquille le jour d’après à El Calafate. Comme on n’a plus aucune réservation à faire, ni à organiser de plan de trajet pour tel ou tel endroit, on glande donc dans le grand salon de notre auberge I Keu Ken, parfait pour ça. On s’est juste rendu en-dehors du village à la Laguna de Nimez pour observer oiseaux et flamants roses.

Puis le 3 décembre, nous partons pour El Chalten, aux portes du parc national de Los Glaciares, toujours en Argentine, à 3 heures de bus. El Chalten, c’est peu d’habitants et quelques supermarchés de fortune, mais squattés pour un tas de randonneurs qui viennent affronter les montagnes alentours et l’on y retrouve plusieurs têtes connues. Dès l’entrée du village, on aperçoit la pointe des sommets tout blancs, waouh !

Le temps est au beau fixe pour quelques jours, nous partons dès lors en quête de quoi faire des sandwichs, puis de quoi souper et déjeuner à la cuisine de notre auberge Aylen Aike.

Le 4 décembre, nous nous rendons au Lac Torre. Une vue à couper le souffle sur les montagnes du même nom que le lac, puis sur le grand glacier, puis trouvons un lit confortable de brindilles dans la forêt pour une petite sieste. 6 heures de marche, que nous effectuons comme de rien. On a pu apercevoir des condors aussi grands que nous.

Le lendemain, nous partons pour une des plus longues randonnées, 7 heures de marche pour atteindre le Lac de Los Tres et voir de plus près la fameuse montagne, le Mont Fitz Roy, célèbre ici. On est tellement bien en haut, qu’on a de la peine à redescendre et comme le soleil ne se couche qu’au environ de 22 heures, on a plus de temps. On sieste en face du glacier, ça devient une habitude.

Puis le 6 décembre, pour notre dernier jour à El Chalten, nous partons pour 6 heures de marche, afin de rejoindre le point de vue de Loma del Pliegue Tumbado, même dans la neige. Et après une autre sieste, nous rejoignons le village pour un dernier souper en compagnie d’une voyageuse fribourgeoise. Ces temps, on croise beaucoup de suisses, c’est vraiment la fin.

On a fait des vidéos géniales, regardez !!

Le 7 décembre, on est rentré à El Calafate, pour prendre un avion pour Buenos Aires dès le lendemain. Fini les montagnes, vive les 30° !

VOIR LES PHOTOS ET VIDEOS DE TORRES DEL PAINE

VOIR LES PHOTOS ET VIDEOS DE EL CHALTEN

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.