IGUAZU

Capture d’écran 2012-12-18 à 18.39.01

Depuis Buenos Aires, on s’est envolé pour Puerto Iguazu, le côté argentin des chutes d’eau d’Iguazu, aux portes du Brésil et du Paraguay.

Proche de la forêt tropicale, il fait chaud & humide, presque de dire trop, c’est aussi le retour des insectes qui font un bruit intense de « sisisi » comme les cigales et des moustiques qui nous dévorent sans aucune indulgence – les mollets blancs à pois rouges c’est pas tant sexy 😉 Dans notre auberge « Mango Tree », on a échappé à une attaque de puces de lit, mais la chambre no 5 et tous ses locataires c’est bien fait ravagée ! Ouai ça arrive de temps en temps dans les hôtels, mais jusqu’ici, on n’avait jamais eu de problème.

Petite séquence nostalgie de nos escapades en Asie puisque l’air y est presque similaire, il manque cependant l’odeur de l’encens dans les rues et les plats de nouilles que l’on peut dévorer goulûment avec des baquettes… on se laisse à repenser à un autre voyage… car heureusement il nous reste encore des contrées inexplorées !

On se rend compte qu’il est plus simple de se protéger du froid que du chaud; ici impossible d’échapper à la transpiration jour et nuit, malgré climatisation & ventilateur, en plus il faut se badigeonner de crème solaire & de répulsif.

Pour notre premier jour aux chutes d’eau, c’est réveil à 7 heures, il fait déjà une chaleur de malade. Iguazu ce n’est pas une cascade, mais un rassemblement de plusieurs cascades sur environ 3 kilomètres. Pour avoir fait les deux côtés, on peut dire que du côté argentin, il y a moins d’ombres, mais les parcelles traversent la forêt et vont presque jusqu’au fond, où le débit d’eau est le plus impressionnant. Du côté brésilien, le sentier est plus court, mais il y a plus d’ombre et de projection d’eau dans l’air, c’est plus rafraichissant. Les deux valent donc la peine, avec arc-en-ciel ou pas.

A Puerto Iguazu, on a encore bien profité des petits apéros au marché local, des olives vertes aux épices succulentes, du salami ma fois assez délicieux, de petits cubes de fromage fondant, de grillades de pavés de bœuf de 800 grammes et de la piscine à notre hôtel. Puis nous avons quitté définitivement l’Argentine le 15 décembre.

On a simplement passé la douane du Brésil avec un bus et avons pris nos quartiers pour 1 nuit à Foz de Iguazu à la « Blue House », également avec piscine, afin de visiter l’autre partie des chutes. C’est là que nous avons revu par un heureux hasard Adrien, un jeune français rencontré au Machu Picchu, avec lequel nous avons participé au projet Hejorama, voici le lien de l’histoire de notre appareil photo jetable, ainsi que nos photos communes : http://www.hejorama.com/articles/disposable-stories-camera-3-is-back-11144 !!

Dans le coin, c’est aussi le paradis des araignées, des papillons, des oiseaux dont les fameux perroquets, on peut aller les voir de tout près au parc das Aves en face du parc national de Iguazu côté brésilien, on peut même ramasser une plume jaune si on a de la chance 😉

Avant de prendre l’avion pour Rio tu ♪ ♫ tutu ♫ ♫♪t u ♪ tutu ♪♫ tu ♫♪ … en ce 17 décembre totalement moite, nous procédons à un bilan avant-retour : plus qu’un hôtel, 3 vols (celui pour Rio dans quelques heures, celui pour Frankfort et le dernier jusqu’à Genève)… on n’arrive pas encore (vraiment) à réaliser, mais on doit y penser sérieusement pour ne pas être surpris une fois débarqués au pays blanc.

VOIR LES PHOTOS & VIDEO

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.